Heinkel P-1078 A
 Luft'46 :
What if ... ?
Special Hobby - 1/72





            Le Heinkel P.1078A est un projet allemand de fin de guerre qui n'a jamais dépassé le stade de la planche à dessin... Assez similaire dans les formes, on ne pourra s'empêcher de le comparer à ses "cousins", le Messerschmitt P-1101 et le Focke-Wulf Ta-183.




Le kit, de type short-run, se compose dune grappe de plastique injecté assez dur, d'une verrière thermoformée (les montants sont très peu marqués), d'une petite planche de photodécoupe (qui offre notamment les harnais) et d'une feuille de décals qui permettra de représenter l'attrayante version "gueule de requin" visible sur le boxart.

Le cockpit est minimaliste puisqu'il ne comprend qu'un siège basique (on ajoutera la plaque de blindage pour la tête du pilote), un tableau de bord (qu'on peut refaire) et les pédales du palonnier (on peut les oublier car on ne les verra même pas). Il n'y a pas de manche et il faudra le faire soi-même à l'aide de plastique étiré ; on peut également agrémenter un peu le cockpit avec quelques petits accessoires maison (de petits morceaux de plastique suffisent pour faire illusion) comme par ex. l'ajout d'un viseur.


Les points d'injection, à l'intérieur du fuselage, sont gênants et il faut les enlever car ils interdisent le placement correct de la baignoire ; celle-ci doit d'ailleurs être fortement limée car elle est trop large, tout comme le tableau de bord (si on conserve celui de la boîte).

Avant de fermer le fuselage, on peut placer quelques petites cales de plastique (deux en haut et deux en bas par ex.) afin d'avoir une aide lors de l'assemblage car il n'y a absolument aucun point de repère pour maintenir les deux pièces ensemble au moment le plus crucial du montage, d'autant plus que les deux demi-fuselages ont tendance à partir chacun de leur côté. Il ne faut surtout pas oublier de lester ce "longue-queue" en plaçant par exemple de petits plombs de pêche (collés à la cyano) au niveau du nez mais aussi juste derrière l'habitacle, une opération qui s'avère nécessaire vu la morphologie de ce petit avion.

notice première partie



Les ailes ne sont pas faciles à assembler, principalement dû à l'absence de tout repère mais aussi dû à leur forme particulière (de type "mouette") et l'idéal est de commencer par coller l'extrémité de l'aile puis de maintenir à l'aide de bonnes pinces car ici aussi les pièces ont tendance à vouloir s'opposer. La fixation des ailes au fuselage est encore plus sportive car il n'y a pas de tenons/mortaises :-((( et, cerise sur le gâteau, la jonction ne se fait pas bien ; sans oublier qu'il y a un léger dièdre à respecter. L'aile gauche gauche se place sans trop de problème ; la droite laisse apparaître une fente de près d' 1 mm qu'il faut combler par tous les moyens (carte plastique, colle épaisse, mastic et ...huile de coude).


Bref, après cette épreuve de force, on peut commencer à souffler un peu et on pourra ranger le dictionnaire des jurons wallons au placard ;-) et se préparer tout doucement à la phase suivante qu'est la peinture, récompense pour avoir su conserver jusqu'ici ses petits nerfs plus ou moins intactes. Mais avant cela, il faudra consacrer un peu de temps à la recherche de nouvelles roues car celles de la boîte sont tout simplement inutilisables et peuvent aller directement à la poubelle.

notice seconde partie


Le choix de la décoration de l'appareil est totalement libre puisque l'avion n'a jamais existé.

Et si cet appareil était entré en service opérationnel fin 1945 ou début 1946, quelle aurait été sa livrée, quelles couleurs aurait-il bien pu porter ? Là, tout est possible ; peut-être entièrement aluminium, comme représenté sur la boîte (les allemands se retrouvant à court de peinture en fin de guerre ou pressés d'envoyer l'avion au front) ou simplement vêtu d'une robe RLM 76  tel qu'indiqué dans la notice de montage (Tamiya XF-14, Molak LG-76, Agama N-3, Humbrol 147) ou encore arborant un camouflage original ... Et pourquoi pas en version USAF ? car, si vous l'ignoriez, ce projet émanerait peut-être, selon certaines sources, d'une demande des américans !



En résumé, un sujet intéressant qui ne manquera pas de se faire remarquer parmi ses petits camarades du 72e mais qui n'est certes pas destiné aux plus jeunes ; un kit assez exigeant qui demandera un peu d'expérience de la part du maquettiste et beaucoup de patience mais qui donnera, au final, grande satisfaction.

Alain.





Work in progress

En l'absence de tout repère, l'assemblage n'est pas des plus aisés
et la gravure, bien trop légère, est à refaire entièrement.
De nouvelles roues doivent remplacer celles du kit.
La tuyère d'éjection disparaît au profit d'une tuyère fait maison.
Le tableau de bord, grossier, est refait en carte plastique
et le siège, simpliste, est orné de harnais, le tout en trompe-l'oeil.
Quant à la peinture, laissez libre cours à votre imagination...




    

    



To be continued ... ;-)




Ans Modélisme © Novembre 2013

http://www.ansmodelisme.be/